chevron_left Retour

L’atelier Diamprest Lapidaire propose plusieurs types de services tel que la taille de pierre à partir d'un cristal brut, l'ajustage de pierres gemmes sur une monture ou sur un prototype,  le perçage, le rainurage (sertissage mystérieux), le repolissage de pierres usées par le temps ou accidentées ainsi que la retaille  dans le but de changer et d'améliorer la forme et le facettage.

L’atelier propose également un service de glyptique (sculpture de la pierre).

Motivée par la demande de ses clients à la recherche d’innovation et en travaillant conjointement avec une taillerie de Diamant basée sur paris, Diamprest Lapidaire recherche à innover dans la technique de cette profession qui n’a pas vraiment évolué depuis le milieu du XIXème siècle.

Au-delà du service apporté aux Maisons de joaillerie et aux bijoutiers de province,
Diamprest Lapidaire a pour souhait de transmettre passionnément sur un long terme le savoir faire de la taille de pierre aux jeunes générations à venir.



Ne pas transmettre c’est disparaitre.



Diamprest Lapidaire, a l’image de son lapidaire Alexandre Garcia, a pour objectif de faire perdurer et découvrir le formidable métier de lapidaire afin qu’il ne s’éteigne pas.

L’histoire du métier de lapidaire.

L’histoire de la taille dans le domaine du bijou remonte à environs 80 000 ans, à la préhistoire nos ancêtres perçaient des matériaux tels que des coquillages et des os.

Durant l’antiquité les Grecs et les Romains maîtrisent le polissage et la gravure de pierres gemmes, elles sont taillées en cabochons ou juste polies sous leurs formes brutes.

Au XIV-XVème siècle les premières tailles à facettes apparaissent en France (la taille table et la taille 8/8).

Dès 1 550, les persécutions protestantes poussent les horlogers suisses vers le Haut-Jura français tout proche. Avec eux, suivent les lapidaires en charge de la taille des verres et ornements.

En 1 685, la Révocation de l’Edit de Nantes et la fuite des diamantaires et joailliers parisiens vers la Suisse qu’il induit, accroît encore la population des lapidaires dans le Haut-Jura.

Enfin, en 1 704, un brevet est déposé qui préconise l’usage de rubis pour les pivots et contre-pivots des montres suisses.

Le métier de lapidaire explose.

On estime à 8 000 leur nombre dans les Montagnes du Jura en 1900, la plupart étant des paysans qui trouvent ici une activité hivernale.

De nos jours l’excellence du savoir faire de la taille de pierre en France devient une rareté qui s'éfforce de se transmettre pour ne pas disparaître.

Le savoir faire de Diamprest Lapidaire

Taille d'un saphir bleu

Ajustage sur oeuvre de saphirs et rubis

Saphirs bleus

Taille de tourmalines brutes

Taille d'une tourmaline Paraíba

Facettage d'une tourmaline

Taille d'un saphir en taille rose

Taille moderne d'un grenat tsavorite

Taille moderne d'un saphir bicolor

Repolissage d'un saphir bleu

Taille d'une améthyste

Taille d'un spinelle noir

Polissage du spinelle noir

Taille d'une émeraude

Repolissage d'un saphier bleu

Retaille d'une spinelle pour amelioration

Repolissage d'un saphier bleu

Création d'une taille moderne

Retaille d'un saphir jaune

Nous Contacter